La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Le cabaret de @jsgirard commence!! #RVQC instagram.com/p/BfkDYzWgCFp/

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

.@jfprovencal et @lheureapeupres qui regardent vers le futur. Plus précisément vers 21h30 au… instagram.com/p/Bfj-Yi3g6Qr/

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

PROGRAMME MAGNIFIQUE À CÔTÉ DE LA PLAQUE, cette sélection merveilleusement poétique est un voyage dans le cœur et d… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Une leçon de cinéma très intime avec Robin Aubert. #RVQC cc @lesaffamesfilm instagram.com/p/Bfj4KnvgPI1/

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Le documentaire sur #Expo67 de Michel Barbeau, Guylaine Maroist et @prod_ruelle précédé de ALGO, POLLY & TURCOT →… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Le quiz des #RVQC est sur le point de commencer à la @cinemathequeqc !! à Cinémathèque québécoise instagram.com/p/Bfj0aRPAr7L/

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

#RVQC 2018 - JOUR 3 Consultez la programmation complète 👉 goo.gl/znTPkN pic.twitter.com/OEJWFGXkS7

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

ALL YOU CAN EAT BOUDDHA de Ian Lagarde et @voyellesfilms → 20h45 | Salle 12 du @CinemasCineplex du @sdquartierlatintwitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Toujours en direct des @PCCQ_CineQC sur la page Facebook de @Qc_Cinema et à la @cinemathequeqc pic.twitter.com/IMVHWkzD7Z

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Nous sommes toujours en direct des @PCCQ_CineQC sur la page Facebook de Québec Cinéma #Mtl #mtlmoments #Cinema pic.twitter.com/Bja2fkEhAa

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Venez nous rejoindre à la @Qc_Cinema pour les PCCQ ou en direct sur notre page Facebook instagram.com/p/Bfjj50Mgwkl/

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

Nous sommes en direct de notre page Facebook pour les PCCQ instagram.com/p/Bfjja00gB6M/

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

#RVQC 2018 - JOUR 3 Consultez la programmation complète 👉 goo.gl/znTPkN pic.twitter.com/nIHhFL3zXP

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

C’EST LE COEUR QUI MEURT EN DERNIER → 18h15 | Salle 12 du @CinemasCineplex du @sdquartierlatin pic.twitter.com/Ze1jZ5yL1g

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

BURN OUT OU LA SERVITUDE VOLONTAIRE de Michel Jetté et Baliverna Films → 20h30 | Salle 10 du @CinemasCineplex du… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

[DIFFUSION EN DIRECT] @PCCQ_CineQC Rencontre entre les créateurs des cinq films finalistes du Prix collégial du cin… twitter.com/i/web/status/9…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

23 FÉVR.

PROGRAMME À FAIRE ÉCLATER LE COEUR, une sélection pleine de trouvailles et de surprises. Aussi surprenant qu’un sac… twitter.com/i/web/status/9…

@québeccinéma

Retour
Québec Cinéma

Une série québécoise reconnue par l’UNESCO

Mardi, 14 Novembre 2017

Entre 1974 et 1980, les cinéastes André Gladu et Michel Brault réalisent une la chronique documentaire intitulée Le son des Français d’Amérique. Constituée de 27 films de 30 minutes, la série illustre les pratiques musicales traditionnelles des francophones d’Amérique. Un travail monumental tourné dans plusieurs régions du globe, dont le Québec, l’Acadie et la Louisiane, et qui fait l'inventaire de la richesse de notre patrimoine musical, tout en relatant l'histoire et la vie des francophones sur le continent nord-américain.

Nous apprenions récemment l’inscription de Le son des Français d’Amérique au Registre international Mémoire du monde de l’UNESCO. Une reconnaissance exceptionnelle qui vient souligner l’importance du travail accompli, mais aussi le legs qu’il laisse pour les générations futures. Il s’agit d’un document unique par son amplitude et sa portée, ainsi qu’une approche de cinéma direct, reposant sur une relation étroite entre les cinéastes et les gens filmés en action dans leur environnement.

Dans un article paru alors que la série était en tournage [1], l’historien et critique de cinéma Gilles Marsolais précisait : [...] Au départ, l'idée fondamentale qui allait guider leur travail était d'éviter à tout prix le regard spécialisé qui consiste à braquer la caméra sur un être coupé de son milieu (en studio) et à lui  poser des questions savantes sur son métier, sur son art... D'entrée de jeu, Brault et Gladu ont décidé de situer cette enquête au niveau même des gens concernés, c'est-à-dire au niveau du vécu, de leur vécu quotidien, en les filmant dans leur environnement naturel et sans chercher à créer des situations spéciales. André Gladu, dans un texte précis, s'est clairement exprimé à ce  sujet, quant à l'attitude qui était la leur au moment du tournage: « D'abord, nous avons toujours pensé qu'il était extrêmement important de créer des liens avec les gens avant de les filmer, de bien leur expliquer ce que nous faisions, d'essayer de ne jamais sacrifier notre relation avec eux pour des raisons techniques, de budget ou de temps, c'est-à-dire des raisons de cinéastes. Autre principe que nous avions à l'esprit: le monde est plus important que le cinéma. Jamais nous n'avons fait de film à tout prix! Bien connaître quelqu'un permet de bien le filmer. Nous avons cru aussi qu'il était plus important de laisser s'exprimer les gens sur leur façon de faire de la musique, sur leurs raisons de faire de la musique. Qu'ils expliquent eux-mêmes comment ils ont reçu et transmis cette musique plutôt que de se perdre en hypothèses avec des spécialistes sur les origines de telle chanson ou de telle danse. Lorsque nous avons fait appel à des gens compétents dans le domaine, nous avons bien pris soin de choisir des personnes intégrées à leur milieu et qui avaient vécu ce qu'elles racontaient plutôt que de l'avoir uniquement étudié. Nous voulions, en faisant ces films, privilégier le vécu !» [...]

Actuellement, les bobines originales sont conservées à la Cinémathèque québécoise. Par voie de communiqué, l'institution indique vouloir profiter de l’occasion pour accélérer la numérisation et de la rendre plus accessible. Souhaitons donc qu’une projection en version restaurée voit le jour sous peu.

Rappelons que le registre a été mis en place par l’UNESCO en 1992. La vision du Programme Mémoire du monde part du principe que le patrimoine documentaire du monde appartient à tous, et qu’il devrait être entièrement préservé et protégé au bénéfice de tout un chacun et étant accessible à tous, de manière permanente, sans obstacle aucun, compte étant dûment tenu des spécificités et pratiques culturelles qui s’y rattachent.

 

[1] Gilles Marsolais "Le son des français d'amérique de Michel Brault et André Gladu." Vie des arts 2288 (1977): 46–48.

 

Photo d’en-tête : Le Son des français d’Amérique photo (crédit André Gladu) - Source de la photo : Festival 48 images par secondes

Par: Charles-Henri Ramond

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer