La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 MARS

En début d'après-midi, le @ConseilArtsMtl dévoilait le lauréat du #GP34: l'organisme @MUmtl ! Félicitations égaleme… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 MARS

RT @SARTEC_auteur: @la_SODEC @Qc_Cinema @FestivalRegard @wgc @inis_mtl Bravo à Marie-Pier Dupuis, prix Meilleur scénario francophone, Matti…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 MARS

RT @elephantcineqc: Le nouveau film de Kim Nguyen, The Hummingbird Project, prendra l’affiche ce vendredi. Heureux mélange de drame, de thr…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 MARS

RT @RealisateursQc: Tenir tête de Mathieu Arsenault : un documentaire lumineux qui aborde sans tabou le trouble bipolaire à travers les par…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 MARS

RT @RC_Arts: Denis Villeneuve amorce le tournage du film Dune rc.ca/R150d5

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

18 MARS

RT @elephantcineqc: Genèse, de Philippe Lesage. Un film au parcours international impressionnant, précédé d’une rumeur très enthousiaste, a…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

18 MARS

RT @la_SODEC: Dévoilement des projets gagnants de Cours écrire ton court. bit.ly/2TLD3oT pic.twitter.com/Qi2VGjfj1H

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

13 MARS

RT @onf: 🎞️ À L'AFFICHE À #MONTRÉAL 🎞️ Identité, question nationale, Autochtones, environnement... Des Québécois(es) qui n’avaient pas enco…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

12 MARS

RT @LP_Cinema: Genèse: l'amour sans méfiance dlvr.it/R0XrTW pic.twitter.com/XnqXuVMQOW

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

12 MARS

LA FIN DES TERRES, le documentaire de Loic Darses et de l'@onf qui a clotûré les #RVQC avec brio, est désormais à l… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

11 MARS

RT @PCCQ_CineQC: Merci Micheline, tu es une marraine formidable !! #PCCQ #cinemaquebecois tvanouvelles.ca/2019/02/23/mic…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

11 MARS

RT @nonamyr: Touchant. Édifiant. Résiliant. « Dérive » un film de Chloé Cinq-Mars et David Uloth #CINÉMAQUÉBÉCOIS - Trois femmes et un deui…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

11 MARS

Cinéastes ! Il vous reste une semaine pour proposer votre court métrage documentaire pour la 9e édition de Cinéma s… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

11 MARS

RT @OFF_TLMEP: ENTREVUE - Kim Nguyen, créatif réalisateur québécois, parle de son film « Le projet Hummingbird », qui s’intéresse, par le t…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

11 MARS

TENIR TÊTE de Mathieu Arsenault fut présenté en #première aux #RVQC le 28 février dernier ! À voir #cinémaquébécois twitter.com/RP_pixelleX/st…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

08 MARS

RT @LesFilmsSeville: Célébrons les femmes fortes, inspirantes et talentueuses qui ont fait partie de l'univers cinématographique québécois…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

07 MARS

RT @FCTMN: Les femmes qui ont vu l'Ours, c'est l'équipe entièrement féminine d'Une colonie, réalisé par Geneviève Dulude-De celles et produ…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

02 MARS

Notre dernier Tapis bleu @Bell_FR avec LA FIN DES TERRES de Loïc Darses et l’ @onf ! #RVQC pic.twitter.com/eTaz1W1fIO

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

01 MARS

RT @benvalnad: «Il faut une rupture. Parce que, si on continue, on va juste échouer de nouveau.» Mon entrevue avec le réalisateur Loïc Dars…

@québeccinéma

Retour
Québec Cinéma

Tête à tête avec
Maxime Giroux

Mardi, 6 Décembre 2016

Hier soir, au Centre des loisirs de Saint-Laurent, avait lieu la projection du long métrage primé Félix et Meira de Maxime Giroux, récipiendaire du Prix du film s’étend le plus illustré à l’extérieur du Québec lors du Gala 2016.

Cette projection gratuite, soutenue par le Conseil des arts de Montréal dans le cadre de CAM en Tournée, a été suivie par un public nombreux et attentif et a généré un dialogue riche avec le cinéaste lors du traditionnel Q&A de fin de projection qui était animé par Daniel Racine.

Nous y étions et avons récolté les quelques photos qui suivent ainsi qu’un extrait des nombreuses questions du public.

>> Vous pouvez visionner le film ICI.

Daniel Racine : Toi et ton coscénariste, Alexandre Laferrière, comment vous est venue l’idée de raconter cette histoire-là ?

Maxime Giroux : Souvent les histoires sont en face de nos yeux et on ne les voit pas. J’ai habité pendant longtemps dans un quartier où il y avait beaucoup de membres de la communauté juive hassidique. Malheureusement je ne pouvais pas leur parler. Ils ne voulaient pas que je leur parle. J’avais un drôle de rapport avec eux, comme beaucoup de gens, et j’ai eu envie de les connaître tout simplement. Alexandre et moi, on prenait un café et je lui ai proposé : Qu’est ce que tu penses si on fait un film avec des membres de la communauté juive hassidique ? C’était très naïf de ma part.

DR : Vous saviez pas dans quoi vous vous embarquiez.

MG : Pas du tout. Parce que si on savait, je ne pense pas qu’on se serait embarqués, même si on est très heureux de l’avoir fait maintenant. Mais c’était…ça a été très difficile, surtout pour Alex qui était…moi j’arrive souvent avec des idées et lui écrit. Mais ça a été plus dur pour lui je pense.

DR : Vous avez fait beaucoup de recherches à Montréal, mais vous êtes aussi allés à New York parce que pour représenter les juifs hassidiques, il faut vraiment que tout soit véridique.

MG : Oui. Ça, mais aussi la communauté juive en général. Vous savez que cette communauté juive-là qui est non pratiquante, tout simplement juive, allait aussi attendre avec une bouteille et un fanal. C’est pour ça qu’on a fait en sorte que tout était plausible. Beaucoup de membres de la communauté juive sont très surpris de voir que ce film-là existe et a été fait par un non-juif.

Public : Quand vous dites que c’était difficile l’accès à la communauté… comment s'est fait votre recherche? Comment le premier contact s’est fait avec la communauté ?

MG : Ça s’est passé en deux temps. Alexandre a fait de la recherche dans des livres. Et ce qui est assez drôle c’est que la première chose qu’on dit dans les livres c’est « Plus tu vas explorer, plus tu vas apprendre. Moins tu vas connaître. Plus tu vas devoir creuser ». C’est assez décourageant quand tu commences comme ça. Mais lui il a fait ça dans des livres et moi aussi j’en ai lu aussi… j’ai réussi à comprendre certaines choses pour les approcher. À Montréal, il a plus de 12 communautés différentes. Ils sont habillés différemment. Nous on pense qu’ils sont tous pareils. Donc moi j’arrivais à Outremont, dans le Mile End puis j’arrivais sur le coin de la rue à côté d’eux puis je les regardais avec un sourire et je leur disais : « Ah…je pense, je pense que tu es un satmar », en anglais bien sûr. Et là il me regardait : « Comment ça tu sais ça que je suis un satmar ? » Je lui disais pour telle raison et telle raison et il était automatiquement curieux. Donc c’était ma façon de faire avec eux. C’est eux qui devenaient curieux de moi et là tout à coup je pouvais… Je suis allé dans des maisons. Je suis allé dans un sous-sol boire avec eux. Ça a été notre façon de les rencontrer.

DR : Tu n’as pas eu besoin de te déguiser.

MG : Je l’ai fait quand même. Je suis rentré dans des synagogues illégalement, plusieurs fois. Je me suis fait prendre par leur sécurité. Ils ont un « système de police ». Mais, quand ils arrivaient, je leur expliquais « Moi je suis curieux, j’ai envie de savoir pourquoi, qu’est-ce qui se passe ici. » C’était très candide, j’avais vraiment envie d’en savoir plus. Au départ, beaucoup d’appréhension quand je leur expliquais, ils disaient : « OK, on va t’expliquer ». Ça a été rocambolesque comme soirée. Surtout à 2h du matin à Brooklyn avec 300 juifs hassidiques qui priaient et moi qui arrive au milieu de tout ça. Ça a été extraordinaire. J’ai même assisté à un souper de shabbat à Brooklyn comme dans la scène du film. J’ai été dans un coin et j’étais observateur.

Public : Donc, la communauté hassidique vous a parfaitement accepté.

MG : Parfaitement, non. Aussitôt que je commençais à leur parler que j’allais faire un film, là, tout à coup : « Quel genre de film ? » et je leur expliquais l’histoire pour eux c’était impossible. Ils refusaient le fait que une femme pouvait sortir de la communauté alors qu'il y en a quelques-unes qui sortent, et des hommes, bien sûr, pour plusieurs raisons, mais ils refusaient. Pour eux c’était impossible. Et là, à partir de ce moment-là, il y avait une réticence à parler. J’ai eu la chance de rencontrer des ex-membres de la communauté, dont le mari, qui lorsqu’il a quitté ne parlait pratiquement pas l’anglais. C’est très difficile de sortir de la communauté.

Public : Mais dans un sens, c’est film sur l’humanité, sur des êtres qui ont le courage d’être ensemble.

MG : Tout à fait. Se mélanger ça prend un aimant, un effort. Je voyais le personnage de Meira comme celui d’une immigrante, ou d'une future immigrante. Une femme qui arrive dans un autre pays et qui doit se rebâtir une vie. Elle doit réapprendre une langue, se trouver un boulot, se refaire une vie familiale, et retrouver des amis. En ce sens, selon moi, c’est un film qui dépasse la communauté juive hassidique.

(crédit photos : Joanne Geha)

Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_0 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_1 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_2 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_3 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_4 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_5

Par: Charles-Henri Ramond

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer