La une

Agenda

Facebook

Twitter

Instagram

Aucun évènement pour le moment

@QC_cinema

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

Ce soir, nous sommes au #CinémaModerne pour assister à l'avant-première du tout dernier film du réalisateur Maxime… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

RT @FilmsChristal: Yves, un poète à l’esprit rebelle, arrivera comme une tempête dans la vie de Dyane et de son fils, ce qui chamboulera le…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

RT @onf: Hallelujah, c'est l'anniversaire de #LeonardCohen! 😍 Célébrez sa mémoire grâce au court "Poen" (1967) de Josef Reeve, une relectur…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

Le film UNE COLONIE, premier long métrage de fiction de Geneviève Dulude De Celles, a remporté le Grand Prix de la… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

21 SEPT.

RT @Telefilm_Canada: Le @fcvq remet à Une colonie le Grand Prix de la compétition officielle! Félicitations à Geneviève Dulude De Celles et…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

20 SEPT.

RT @onf: Félicitations à nos réalisatrices et réalisateur ONFiens Alanis Obomsawin, Christy Garland et Charles Officer pour leur nomination…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

20 SEPT.

RT @Telefilm_Canada: Le portail Web Dames des vues est officiellement lancé! Très fiers d'être partenaire de cette initiative qui met nos t…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

Faire les choses autrement au #CinémaModerne. On aime. pic.twitter.com/6YmcSwpSQh

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

C'est CHIEN DE GARDE de la réalisatrice Sophie Dupuis qui représentera le Canada dans la course à l'Oscar du Meille… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @Telefilm_Canada: Félicitations à Chien de Garde, le premier long-métrage de Sophie Dupuis, le choix du #Canada aux #Oscars2019! Quel in…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @LP_Cinema: Chien de garde représentera le Canada aux Oscars dlvr.it/Qkk9cG pic.twitter.com/seM8tcVufV

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @RIDM: 🏃‍♀️LE TEMPS FILE! Il ne reste que quelques jours à la prévente des passeports RIDM! Avez-vous le vôtre? Ils sont à 100$, faites…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @la_SODEC: @la_SODEC, en collaboration avec les Rendez-vous @Qc_Cinema, @FestivalRegard et la @SARTEC_auteur, annonce le retour de Cours…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

19 SEPT.

RT @FCTMN: Notre programme de Mentorat relecture est ouvert ! Cette mouture offre un accompagnement court, ou long, selon les besoins du pr…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

18 SEPT.

Nous étions à la première montréalaise du film LA DISPARITION DES LUCIOLES de Sébastien Pilote hier au… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

17 SEPT.

Le cinéma d'ici a brillé hier soir lors de la remise de prix de la 43e édition du @TIFF_NET!✨… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 SEPT.

Nous sommes à la recherche d'un(e) Coordonnateur(rice) aux partenariats et commandites pour rejoindre notre belle é… twitter.com/i/web/status/1…

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 SEPT.

RT @LP_Cinema: L'année zéro du Cinéma du Musée dlvr.it/Qk9z1K pic.twitter.com/QpHyRN5Tgo

Qc_Cinema Québec Cinéma @Qc_Cinema

14 SEPT.

Nous avons rencontré les réalisateurs Judith Plamondon et Lessandro Sócrates pour discuter de leur film L'AMOUR À L… twitter.com/i/web/status/1…

@québeccinéma

Retour
Québec Cinéma

Tête à tête avec
Maxime Giroux

Mardi, 6 Décembre 2016

Hier soir, au Centre des loisirs de Saint-Laurent, avait lieu la projection du long métrage primé Félix et Meira de Maxime Giroux, récipiendaire du Prix du film s’étend le plus illustré à l’extérieur du Québec lors du Gala 2016.

Cette projection gratuite, soutenue par le Conseil des arts de Montréal dans le cadre de CAM en Tournée, a été suivie par un public nombreux et attentif et a généré un dialogue riche avec le cinéaste lors du traditionnel Q&A de fin de projection qui était animé par Daniel Racine.

Nous y étions et avons récolté les quelques photos qui suivent ainsi qu’un extrait des nombreuses questions du public.

>> Vous pouvez visionner le film ICI.

Daniel Racine : Toi et ton coscénariste, Alexandre Laferrière, comment vous est venue l’idée de raconter cette histoire-là ?

Maxime Giroux : Souvent les histoires sont en face de nos yeux et on ne les voit pas. J’ai habité pendant longtemps dans un quartier où il y avait beaucoup de membres de la communauté juive hassidique. Malheureusement je ne pouvais pas leur parler. Ils ne voulaient pas que je leur parle. J’avais un drôle de rapport avec eux, comme beaucoup de gens, et j’ai eu envie de les connaître tout simplement. Alexandre et moi, on prenait un café et je lui ai proposé : Qu’est ce que tu penses si on fait un film avec des membres de la communauté juive hassidique ? C’était très naïf de ma part.

DR : Vous saviez pas dans quoi vous vous embarquiez.

MG : Pas du tout. Parce que si on savait, je ne pense pas qu’on se serait embarqués, même si on est très heureux de l’avoir fait maintenant. Mais c’était…ça a été très difficile, surtout pour Alex qui était…moi j’arrive souvent avec des idées et lui écrit. Mais ça a été plus dur pour lui je pense.

DR : Vous avez fait beaucoup de recherches à Montréal, mais vous êtes aussi allés à New York parce que pour représenter les juifs hassidiques, il faut vraiment que tout soit véridique.

MG : Oui. Ça, mais aussi la communauté juive en général. Vous savez que cette communauté juive-là qui est non pratiquante, tout simplement juive, allait aussi attendre avec une bouteille et un fanal. C’est pour ça qu’on a fait en sorte que tout était plausible. Beaucoup de membres de la communauté juive sont très surpris de voir que ce film-là existe et a été fait par un non-juif.

Public : Quand vous dites que c’était difficile l’accès à la communauté… comment s'est fait votre recherche? Comment le premier contact s’est fait avec la communauté ?

MG : Ça s’est passé en deux temps. Alexandre a fait de la recherche dans des livres. Et ce qui est assez drôle c’est que la première chose qu’on dit dans les livres c’est « Plus tu vas explorer, plus tu vas apprendre. Moins tu vas connaître. Plus tu vas devoir creuser ». C’est assez décourageant quand tu commences comme ça. Mais lui il a fait ça dans des livres et moi aussi j’en ai lu aussi… j’ai réussi à comprendre certaines choses pour les approcher. À Montréal, il a plus de 12 communautés différentes. Ils sont habillés différemment. Nous on pense qu’ils sont tous pareils. Donc moi j’arrivais à Outremont, dans le Mile End puis j’arrivais sur le coin de la rue à côté d’eux puis je les regardais avec un sourire et je leur disais : « Ah…je pense, je pense que tu es un satmar », en anglais bien sûr. Et là il me regardait : « Comment ça tu sais ça que je suis un satmar ? » Je lui disais pour telle raison et telle raison et il était automatiquement curieux. Donc c’était ma façon de faire avec eux. C’est eux qui devenaient curieux de moi et là tout à coup je pouvais… Je suis allé dans des maisons. Je suis allé dans un sous-sol boire avec eux. Ça a été notre façon de les rencontrer.

DR : Tu n’as pas eu besoin de te déguiser.

MG : Je l’ai fait quand même. Je suis rentré dans des synagogues illégalement, plusieurs fois. Je me suis fait prendre par leur sécurité. Ils ont un « système de police ». Mais, quand ils arrivaient, je leur expliquais « Moi je suis curieux, j’ai envie de savoir pourquoi, qu’est-ce qui se passe ici. » C’était très candide, j’avais vraiment envie d’en savoir plus. Au départ, beaucoup d’appréhension quand je leur expliquais, ils disaient : « OK, on va t’expliquer ». Ça a été rocambolesque comme soirée. Surtout à 2h du matin à Brooklyn avec 300 juifs hassidiques qui priaient et moi qui arrive au milieu de tout ça. Ça a été extraordinaire. J’ai même assisté à un souper de shabbat à Brooklyn comme dans la scène du film. J’ai été dans un coin et j’étais observateur.

Public : Donc, la communauté hassidique vous a parfaitement accepté.

MG : Parfaitement, non. Aussitôt que je commençais à leur parler que j’allais faire un film, là, tout à coup : « Quel genre de film ? » et je leur expliquais l’histoire pour eux c’était impossible. Ils refusaient le fait que une femme pouvait sortir de la communauté alors qu'il y en a quelques-unes qui sortent, et des hommes, bien sûr, pour plusieurs raisons, mais ils refusaient. Pour eux c’était impossible. Et là, à partir de ce moment-là, il y avait une réticence à parler. J’ai eu la chance de rencontrer des ex-membres de la communauté, dont le mari, qui lorsqu’il a quitté ne parlait pratiquement pas l’anglais. C’est très difficile de sortir de la communauté.

Public : Mais dans un sens, c’est film sur l’humanité, sur des êtres qui ont le courage d’être ensemble.

MG : Tout à fait. Se mélanger ça prend un aimant, un effort. Je voyais le personnage de Meira comme celui d’une immigrante, ou d'une future immigrante. Une femme qui arrive dans un autre pays et qui doit se rebâtir une vie. Elle doit réapprendre une langue, se trouver un boulot, se refaire une vie familiale, et retrouver des amis. En ce sens, selon moi, c’est un film qui dépasse la communauté juive hassidique.

(crédit photos : Joanne Geha)

Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_0 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_1 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_2 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_3 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_4 Tête à tête avec<br/> Maxime Giroux_5

Par: Charles-Henri Ramond

Fermer
Fermer

Infolettre

Amoureux du cinéma québécois, recevez les dernières nouvelles et des offres exclusives de Québec Cinéma et ses événements. Merci de vous être abonné à notre infolettre. Vous recevrez bientôt un courriel de confirmation.

Fermer